• hdeduve

Le prince charmant n'existe pas





Ils voulaient un garçon comme aîné… et je suis arrivée comme une bombe atomique !


Je vais vous raconter mon histoire (enfin, une petite partie, no stress).

Comme dans les contes de fées, j’ai longtemps attendu qu’un prince charmant vienne me sauver (vive le monde patriarcal !!) , alors je vais commencer par : il était une fois, dans les années 70, l’histoire d’une toute petite fille qui est venue mettre un énorme désordre/bazar dans sa famille.


Elle a osé par sa naissance, prendre la place d’ainée ! Ce qui est un outrage pour cette famille éduquée avec les principes qu’un homme a plus de valeur, qu’un homme a sa place, qu’un homme peut faire des études, qu’un homme cela rend fier, qu’un homme hérite et perpétue la lignée familiale, bref que seul l’homme peut être ainé.


Et moi, j’arrive à cette place et je suis devenue celle qui casse littéralement leurs rêves, qui efface de mon premier cri la destinée de cet enfant idéal.


Tous ces reproches sur ma place et sur mon identité sexuelle ont été à chaque fois des flèches empoisonnées qui m’ont fragilisé, empêché de m’ancrer, enlevé ma légitimité d’être, de prendre contact avec ma puissance, de me mettre en lien avec mon corps, de prendre confiance en moi, de prendre ma place …


J’ai longtemps cru que je devais reprendre ma place par les armes.

C’est faux ! Notre place nous est propre, nous sommes d'office à notre place d’office ! Impossible autrement !


Le fait de naître est indissociable avec la place que l’on prend dans le monde, dans sa famille, dans sa fratrie …. Personne ne peut nous la prendre !


Arrêtons de chercher notre place, devant, derrière, à gauche, à droite ! Elle est là, au centre, arrêtons de croire que la place de gauche est plus confortable, plus facile. Ce n’est qu’illusion.


Ce n’est que quand on arrête de chercher à (re)prendre notre place, que l’on est en accord avec qui l’on est (ombre et lumière), qu'on accepte notre famille telle qu'elle et que l'on se donne la chance de s’enraciner et de déployer nos ailes. Cela nous axe, nous centre.


Les personnes qui n’ont pas été accueillies à la naissance grandissent avec le sentiment d’un manque, d’un vide en elles. Elles auront tendance à le combler en allant le chercher à l’extérieur d’elles-mêmes ou attendront que le prince charmant arrive sur son cheval blanc !


C’est un véritable chemin initiatique.

Il nous demande beaucoup de courage pour casser ce mur de protection et oser mettre à la lumière ces parties de nous qui ont été cachées.


Il faut être méthodique, on casse le mur quand on se sent prêt.e, c’est-à-dire : prêt.e à voir, à nous accueillir, à ne pas nous juger, à regarder notre vie à travers nos yeux et à prendre le temps qu’il faudra pour guérir ces parties de nous.


Ensuite on retire ce qui ne nous convient plus, on prend le temps de s’arrêter et d’écouter toutes les parties de nous qui ont été abimées, on accueille notre enfant intérieur, on le prend dans les bras, on le regarde, on se pardonne, on laisse grandir cette nouvelle force, on se fait la promesse de faire attention à elle, on apprend à lui donner de l’amour et on la laisse s’exprimer librement.


Ce qui est très rassurant, je l’ai vu pour moi et pour les personnes que j’ai accompagnées, c'est que toutes ces parties de nous n’ont JAMAIS été éteintes à 100% ! Elles sont parfois enfouies dans nos profondeurs, mais elles sont bien vivantes.


Sans ce travail, on va voir que les situations familiales, relationnelles, professionnelles vont continuer à faire écho avec cette blessure d’âme.

Elles peuvent se traduire par des problèmes avec l’autorité, l'attirance vers des personnes toxiques, choix qui nous desservent, l'auto-exclusion, de donner avec déséquilibre, la répétition des situations d’injustice, l'impossibilité de trouver notre place dans notre famille ou dans la vie en général, une rupture avec notre créativité, des problèmes de sexualité, des fausses couches …. parce que ce sont des situations, des évènements vécus à un autre âge, dans un autre contexte, qui continuent à conduire nos réactions souvent obsolètes en mode pilote automatique.


Ce sont ces fils devenus invisibles que je vous propose de couper pour faire naître le choix de réagir autrement et de sortir de cette boucle infernale.


Elles peuvent également faire sens à tous les enfants non désirés et « programmés » à un besoin spécifique de l'un des parents: comme bâton de vieillesse, enfant de remplacement, …


Je ne vais sans doute pas vous choquer en vous disant que le prince charmant sur son cheval blanc n’existe pas !


Mais … la baguette magique, oui ! Et elle est en vous ! Alors, profitez-en !!!


A toutes vos parties de vous qui sont dans l’ombre, je vous envoie beaucoup d’amour et de courage pour les mettre en lumière.

Hedwige,

Coach de vie